Le recul de la part de marché de BitMEX aurait pu épargner aux bitcoiners une vente plus importante

Il y a quatre ans, lorsque le BitMEX, bourse de cryptocrédit basée aux Seychelles, a annoncé un nouveau produit appelé „perpétuel échange de bitcoins à effet de levier“, peu de négociants sur les marchés naissants des actifs numériques auraient pu anticiper l’impact majeur que ce déploiement obscur aurait sur le secteur.

Mais cet instrument, qui permettait aux clients de négocier facilement l’équivalent de 100 dollars de Bitcoin Code pour chaque dollar de baisse, s’est avéré extrêmement populaire et fructueux pour les traders avides de risques, propulsant BitMEX au premier rang des plus grandes bourses de cryptocrédit au monde.

Aujourd’hui, les analystes et les investisseurs en actifs numériques s’efforcent d’évaluer les dommages causés au marché après que les autorités américaines ont porté jeudi une série d’accusations réglementaires et pénales contre BitMEX et son PDG, Arthur Hayes.

Un changement pourrait être une moindre volatilité du marché, car les swaps perpétuels de BitMEX sont tristement célèbres pour exacerber les fluctuations de prix : Les traders de bitcoin savent bien que chaque fois que le marché penche d’une manière ou d’une autre, les positions peu capitalisées des clients du BitMEX sont liquidées par une série d’appels de marge rapides, ce qui exacerbe les fluctuations de prix qui se répercutent sur les autres bourses.

„À long terme, c’est tellement mieux pour le marché au comptant“, a déclaré Steve Ehrlich, PDG de Voyager Digital, une plate-forme de négociation de devises cryptocompatible en ligne.

Une question lancinante qui se pose à l’avenir est de savoir si certains clients de BitMEX aux États-Unis – apparemment en violation des lois et règlements du pays – seront contraints de fermer leurs comptes et éventuellement de vendre leurs bitcoins. Cela pourrait exercer une pression à la baisse sur les prix.

Le bitcoin a chuté de 4 % après que les accusations ont été dévoilées jeudi, mais quelques heures plus tard, les prix avaient épargné une partie de leurs pertes et changeaient de mains autour de 10 580 $, restant dans une fourchette où ils ont été négociés pendant plusieurs semaines.

Les responsables de BitMEX ont déclaré dans une déclaration qu’ils „ne sont pas du tout d’accord“ avec les accusations et ont l’intention de se défendre vigoureusement contre elles. Dans un canal du Telegram, la société a déclaré que sa plateforme de négociation fonctionnait normalement et que tous les fonds étaient en sécurité.

Concurrents dans le jeu de l’effet de levier

Ces dernières années, de nombreuses autres bourses cryptocurrentielles ont copié le modèle de BitMEX, en déployant des instruments de négociation de bitcoin avec un effet de levier 100 fois supérieur ou plus. Et certains traders se sont tournés vers ces autres lieux de négociation, ce qui a fait reculer la part de BitMEX sur le marché global des dérivés du bitcoin.

Cela pourrait réduire l’impact sur le marché de toute défection supplémentaire de clients à la suite des accusations de jeudi, a déclaré John Todaro, directeur de la recherche institutionnelle de la société d’analyse cryptographique TradeBlock.

„Il y a deux ans, cela aurait été catastrophique, parce que BitMEX représentait un pourcentage énorme de tous ceux qui jouent au trading à effet de levier“, a déclaré David Weisberger, co-fondateur et PDG de CoinRoutes Inc. dans un entretien téléphonique. „Maintenant, il existe un certain nombre d’alternatives au BitMEX et plusieurs d’entre elles ont toujours été plus strictes quant à la négociation ou au fait de ne pas autoriser les clients américains à négocier sur ces plateformes“.

Un instantané de la négociation des contrats à terme sur bitcoin jeudi a classé BitMEX quatrième parmi les bourses sur les volumes de 24 heures, derrière Binance, Huobi et OKEX, selon le site de données Skew. Les intérêts ouverts, ou la valeur des contrats en cours, s’élevaient à 680 millions de dollars, derrière OKEx.

A venir pour un moment maintenant

Les traders savaient que BitMEX était sous surveillance et qu’il aurait pu prendre de l’avance sur toute mesure de répression, selon la société d’actifs numériques QCP Capital.

„Cela fait un moment que cela arrive, et bien que les charges soient lourdes et coordonnées, il reste à voir quelle est sa portée réelle“, a déclaré la société sur sa chaîne Telegram.

D’après le décompte de QCP, BitMEX a environ 190 000 bitcoins dans ses coffres, pour une valeur d’environ 2 milliards de dollars aux prix actuels, avec 36 000 bitcoins supplémentaires dans un fonds d’assurance.

Il est possible que l’exemple de BitMEX donne un coup de pouce aux bourses étrangères de cryptocommunication qui pourraient faire des économies sur la conformité, tout en apportant une clarté réglementaire aux bourses qui tentent de courtiser les clients américains.

Les bourses de marchandises réglementées aux États-Unis offrent également un effet de levier, mais le contrat à terme bitcoin le plus courant, celui de la CME basée à Chicago, n’autorise que des positions avec une mise de fonds initiale trois fois plus élevée.

„Cela donne clairement le ton aux autres bourses qui concurrencent Bitmex – et il y en a de plus en plus chaque jour – que vous ne pouvez pas faire cela avec les clients américains“, a déclaré M. Ehrlich de Voyager. „Si je me trouvais sur l’un de ces marchés concurrents, je consulterais immédiatement mon fichier clients“.

L’un des défendeurs impliqués dans l’affaire BitMEX est allé jusqu’à „se vanter“ que „soudoyer“ les régulateurs d’une juridiction en dehors des États-Unis ne coûte qu’une „noix de coco“, selon une déclaration du directeur adjoint du FBI William Sweeney Jr. Le Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) interdit aux Américains de soudoyer les fonctionnaires étrangers.

Il se peut que ce soit tout simplement trop effronté pour que les autorités de régulation ne s’en aperçoivent pas.

„Une chose que je sais avec les régulateurs, c’est que si vous dites des choses qui sont antagonistes dans des lieux d’informations découvertes, vous avez beaucoup plus de chances d’être puni que les personnes qui font quelque chose de très similaire mais qui gardent le nez propre, ne disent rien et agissent avec respect“, a déclaré M. Weisberger.


Bison Trails kündigt Unterstützung für die Celo-Plattform an

Bison Trails hat Unterstützung für Celos offenes Netzwerk angekündigt, das es Smartphone-Benutzern ermöglicht, Krypto-Währungen direkt an eine Telefonnummer statt an eine Immediate Edge zu senden.

Die zusätzliche Unterstützung bedeutet, dass die Benutzer Werttransfers mit der stabilen, an den US-Dollar gebundenen Währung von Celo auf der Plattform Bison Trails durchführen können.

Das Unternehmen Bitcoin Future stellt sich vor

Bison Trails kündigt Integration mit Coinbase Custody an

Aaron Henshaw, Mitbegründer und CTO von Bison Trails, sagte gegenüber Cointelegraph:

„Bison Trails hat enge Beziehungen zum Eifer-Team: Wir sind Mitglieder der Allianz „Eifer für Wohlstand“ und sind mit den Fortschritten von Eifer durch die enge Zusammenarbeit mit Ihrem Team seit den frühen Tagen der Protokollentwicklung sehr vertraut. Wir haben eine einzigartige Perspektive auf das Protokoll und das Eifer-Ökosystem.

Eifer integrieren, um die Netzwerksicherheit zu stärken. Bison Trails sammelt 25 Millionen USD in einer von Blockchain Capital geführten Finanzierungsrunde. Das Celo-Technologie-System besteht aus drei Schichten: Celo Blockchain, Celo Core Contracts und Application.

Henshaw lobte Celos anfängliche Designauswahl, die Earned Value Management (EVM)-Software und das Go-Ethereum-Protokoll für das zugrunde liegende Knotensystem verwendet.

Henshaw sagte, die Integration von Celo in die Plattform Bison Trails werde dazu beitragen, das Netzwerk zu sichern und zu stärken:

Blockkettenunternehmen Bison Trails erhält 5,25 Millionen Dollar Investition, die von Galaxy Digital unterstützt wird
„Unser Ziel ist es, mit den von uns betriebenen Validatoren und Gruppen den Standard für Sicherheit, Zuverlässigkeit und Qualität im Celo-Netzwerk zu setzen. Unsere Infrastrukturplattform ermöglicht es unseren Kunden, Knotenpunkte über mehrere Cloud-Anbieter und Regionen hinweg zu drehen. Wir diversifizieren die Infrastruktur der Celo-Blockproduktion, die das Netzwerk stärkt.


Unilever Stopped and They’re Not Moving to The Netherlands Now – What Happened?

During the past few days, the news regarding Unilever has been talked about in most of the economics circles around the world. This decision has caught everyone’s attention and it’s starting to worry about a lot of business people. If you don’t quite understand what this is all about, in here we give you the necessary info to know what’s going on:

Unilever


Unilever is a British-Dutch transnational famous for owning over 400 brands, such as Dove, Axe, Ben & Jerry’s, Hellmann’s, Rexona, among others. Nowadays, it’s the third biggest British firm in the market. Its main offices are located in Rotterdam and London.

The Moving

Last March, the company made the decision of moving its office from Britain to the Netherlands. According to official sources, this decision was made in order to abolish the dividend tax. In simple words: Big companies will avoid paying a huge amount of money in taxes.

However, last Friday it was announced that the moving stopped due to the increasing pressure applied by British stockholders. This measure is only temporary, though, as it can change whenever the company finishes evaluating the most convenient choice to make.

Why Are British Stockholders Interested In Unilever?


The British stockholders claim that if big companies, such as Unilever, maintain their offices in the United Kingdom, they will help the nation overcome the consequences of the Brexit. If the companies move away, London will not be the global financial center anymore, which will harm international economic systems.

In fact, worldwide financial organizations such as the International Monetary Fund claim that if the Brexit turns out to be harder than it is expected, one of the economic allied countries that will suffer the most is the Netherlands.

If Unilever decides to keep its offices in London, this will get more important companies to trust the United Kingdom as a global financial center.


The Temporary Job Disease in Europe – How to Cope with It?

Finding the perfect job is one of the most common worries for every individual. Providing for ourselves and sometimes for our families, is not something that we can avoid, as everyone must do it.

Of course, the citizens of the countries who form the European Union don’t escape this reality. The issue with them is that they are suffering from The Temporary Job Disease. In here, I will explain to you what that is.

A Serious Problem


As it was said before, having a job is vital to everyone. By finding the perfect job, you can afford everything that you need in order to satisfy your needs and those of the people under your care. Temporary jobs can help you do that, but the problem with them is quite clear,  it’s even stated in its name.

These jobs, which have become more and more common over the years, are sources of income that you have only for short periods of time. There are countries like Spain and Germany who have huge rates of temporary workers, Spain has a rate of 26%, and Germany has a rate of 12%.

Consequences


This numbers might seem kind of low to you, right? What can possibly be wrong? Well… Actually, a lot can go wrong. If these rates continue to increase, as they usually do, it might end up increasing the poverty risk rates of each of these countries.

Other countries of the European Union and even the correspondent authorities have been warning people about the consequences of these types of jobs, claiming that it’s totally unnecessary to hire such a huge amount of temporary workers.

These kinds of jobs are not good for you if you are trying to make some money while establishing your future. If you are thinking about getting a temporary job, please be careful.